Les campeurs #60: Léora » Le Campement Darwin
Darwin

Le Campement, la pépinière développement durable et innovation d'usages de la Ville de Bordeaux

Bordeaux

blog

20 février 2019 / 10h02 / Général

Les campeurs #60: Léora

Virginie fondatrice de Léora

Qui se cache derrière Léora ? 

La fondatrice Virginie Rivière est maman de deux enfants. Après une formation d’Ingénieur agronome et dix ans dans la banque (orientés vers les grandes entreprises) c’est le départ pour le Canada qui s’annonce lors du congé parental pour son deuxième enfant. 

Qu’est-ce que Léora ? 

L’histoire de Léora débute au Canada avec une réelle envie de changer de vie et de s’épanouir au quotidien. Virginie, décide de créer une entreprise d’écharpes de portage pour bébés (il y a trois ans maintenant), avec une envie : créer des écharpes respectueuses de la nature et des hommes qui ont contribué à les fabriquer. 

Pourquoi cette idée? 

Virginie était déjà utilisatrice de l’écharpe de portage avant de se lancer dans la création de sa propre marque. Elle y voit le moyen de continuer à vivre pleinement sa vie de femme en toute liberté, tout en apportant confort et sécurité à son bébé. 

Et maintenant où en est l’entreprise ? 

La clientèle est en majorité française (60%) mais Leora se vend également beaucoup dans la francophonie (Suisse, Belgique, Canada) ainsi qu’en Scandinavie.

Le site internet et les réseaux sociaux ont un rôle majeur. Léora bénéficie d’une communauté très soudée de mamans porteuses fortement prescriptrices. Véritables « geek du portage », ses clientes s’intéressent aux méthodes de tissage, au choix des fibres. Elles sont toujours à l’affut de LA dernière écharpe sortie, ce qui contribue à un fort taux de rachat. 

Elles se mettent également en scène sur Instagram et Facebook avec les écharpes, ce qui contribue à faire croitre la communauté. L’écharpe de portage devient un véritable accessoire de mode, qu’on assortit à son sac, ses chaussures, son manteau. 

Léora est également présent sur les salons spécialisés dans le portage physiologique (Paris, Londres, Stockholm). 

Un premier partenariat est actuellement en cours avec le magasin Suisse « Maternae » pour créer une écharpe sur-mesure, dédiée à la clientèle de cette boutique. 

D’un point de vue positionnement, Virginie l’assume, Léora est une marque de luxe avec des prix allant de 250 à 480€ en fonction de la composition et de la taille des écharpes ». En revanche, elle redéfinie le luxe selon les valeurs qu’elle défend : « le luxe pour Léora, c’est de faire un produit respectueux de la nature et des hommes, du champ de coton jusqu’au carton d’emballage. C’est aussi d’avoir une écharpe d’une très grande qualité qui va durer et que vous pourrez transmettre à vos enfants ». 

Ses écharpes sont éditées en séries limitées une fois par mois, avec 20 écharpes par modèle environ. Elles sont toutes à base de coton, pour obtenir un confort optimal tant pour le porteur que pour le porté. Dans certaines écharpes, elle ajoute d’autres fibres qui vont apporter quelque chose de différent aux sensations de portage.
Par exemple le lin ou le chanvre améliore la soutenance, le duvet de Yak donne un côté moelleux et chaleureux. Les matières premières sont sourcées le plus localement possible et en conformité avec les valeurs de la marque : coton bio équitable, mérinos d’Arles, lin du nord de la France. 

Virginie mène son activité avec une chaîne de production semi-industrielle composée de deux filateurs, un tisserand et de deux couturières.

Votre histoire avec Le Campement ?

Une histoire qui débute avec sa récente arrivée. Étant seule pour l’instant dans la société, le choix du Campement est venu de sa volonté de partager l’expérience des jeunes entreprises mais aussi pour les valeurs éthiques du lieu qu’est Darwin. 

Pour l’avenir, quels sont les projets ? 

Dans un futur proche, Virginie souhaite monter un atelier et embaucher ses couturières pour intégrer la partie confection. Cela permettra de faire de plus en plus de sur-mesure et de proposer aux clientes de créer l’écharpe de leur rêve. 

Elle souhaite également proposer une gamme disponible en permanence sur le site internet, moins chère, pour toucher un public plus large. 

Pour continuer à suivre les actualités de Virginie et de Léora, retrouvez toutes les infos sur le site internet Larucheleora !!

Crédit photo – Emeline Suberbere
Restez informé ! Inscrivez-vous à la newsletter du campement