Adopte Ma Boite #3 : Com&Visit, le duo de choc » Le Campement Darwin
Darwin

Le Campement, la pépinière développement durable et innovation d'usages de la Ville de Bordeaux

Bordeaux

blog

15 octobre 2019 / 09h10 / Général

Adopte Ma Boite #3 : Com&Visit, le duo de choc

Sandrine et Audrey, co-fondatrices de Com&Visit

C’était où et quand votre premier date ?

Les filles : « Dans un train ».

Tout a commencé en 2013. Sandrine et Audrey travaillaient pour Liséa, le concessionnaire de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique, entre Tours et Bordeaux. Elles étaient toutes deux au service communication et ont notamment réalisé des visites dédiées aux particuliers et professionnels. L’objectif était de faire découvrir les chantiers ; plus de 20 000 personnes ont été accueillies.

Audrey : « J’adorais ça ! Aller sur le terrain, rencontrer les différents acteurs du territoire, devenir une passerelle entre deux mondes différents était hyper intéressant. J’aimais le contact avec les professionnels et le public. C’était mon truc. »

Mais elles se sont rendu compte que ce genre de visites était accessible à très peu de personnes, limité à un réseau professionnel. Il y avait donc un sujet à creuser. Et puis, plus tard, les voilà à la centrale nucléaire du Blayais, en train de visiter les dessous des fondations.

Sandrine : « En sortant de cette visite, je me suis dit que c’était dommage qu’autant de moyens soient mis en place pour faire la promotion du nucléaire alors que d’autres projets alternatifs restaient dans l’ombre. » De là est née l’idée de proposer des visites d’entreprises qui ont un modèle plus respectueux des hommes et de l’environnement.

Le chantier de la ligne à grande vitesse touchant à sa fin, Audrey et Sandrine décident de se lancer dans la création d’entreprise et de concrétiser ce qui n’était alors qu’une idée : la création de COM&VISIT avec leur plateforme grand public : Bienvenue en coulisses.

C’est donc avec le soutien de leur entreprise Liséa que le duo de choc se lance dans l’aventure entrepreneuriale. Elles intègrent en 2016 l’incubateur Les Premières. Deux ans plus tard, elles migrent 4 mètres plus loin et rejoignent Le Campement.

Les filles : « Oui, Darwin c’est un peu toute notre vie ».

Les débuts en tant qu’associées, ça donne quoi en vrai ?

Il faut savoir qu’à l’époque les deux fondatrices avaient des profils différents. Sandrine sortait de 15 ans à des postes de responsable de la communication. Elle voulait changer de secteur, entreprendre mais ne souhaitait pas entreprendre seule. Ce nouveau projet venait confirmer son désir de renouveau.

Sandrine : « Le projet me tenait vraiment à coeur. »

Audrey, quant à elle, démarrait tout juste sa carrière professionnelle. Ce projet de création était, pour elle, une nouvelle opportunité, après sa première expérience chez Liséa.

Audrey : « Je sentais que c’était le bon moment pour se lancer et en plus on s’entendait très bien avec Sandrine. »

Sandrine : « Dès le début nous avons été accompagnées et Christine, la Directrice des Premières nous a fortement incité à faire un coaching d’associés qui nous a beaucoup aidé. Cela nous a permis de déterminer les bases du projet et d’anticiper les problèmes à venir. Nous n’avions jamais vraiment parlé des sujets qui fâchent ; c’était le moment de tout déballer. 

Le plus difficile a été de déterminer les valeurs que nous souhaitions donner à notre projet. On souhaite faire visiter des entreprises mais lesquelles ? Je voulais privilégier celles à impacts positifs, mais qui souvent sont elles-mêmes à la recherche de leur modèle économique et donc n’ont pas les moyens de financer un dispositif de visites. Et puis Audrey n’était pas à l’aise avec l’idée qu’on puisse décider qui porte un projet positif ou pas. Se fier aux certifications ne voulait rien dire non plus. Nous n’étions pas vraiment d’accord à ce sujet. Je me souviens que la coach nous avait posé une question : accepteriez-vous de faire visiter une entreprise du secteur nucléaire par exemple ? Et là les avis divergeaient. L’une était plus ouverte considérant que toutes les entreprises apportent, en un sens, du positif au niveau du développement territorial et l’autre était plus catégorique : le but était de montrer et soutenir des projets alternatifs, qui apportent des solutions nouvelles et qui ont besoin d’être connus du public. Alors voilà on a longuement discuté et avons choisi de cibler les entreprises qui apportent une réponse concrète aux enjeux de dérèglement climatique, de préservation de l’environnement ou d’inclusion sociale»

Le débat c’est alors fini sur cette note et le duo a développé le projet. En juillet 2017, la plateforme Bienvenue en Coulisses sortait !

Ironie du sort, un an plus tard à l’occasion de la fête d’anniversaire de la plateforme, le directeur de la centrale nucléaire du Blayais les appelle pour discuter d’une éventuelle collaboration mais les co-fondatrices ne donnent pas suite, décrétant que ce type d’entreprise ne correspond pas aux valeurs véhiculées par COM&VISIT.

Quelle est votre force en tant qu’associées ?

Sandrine : « Je pense que notre plus grande force est que nous nous connaissions avant de s’associer. Nous avions travaillé plus de 3 ans ensemble, donc forcément ça aide. Et puis on est fusionnelle. On connait à l’avance la réaction de l’autre. Lorsque l’une commence une phrase l’autre la finit. Dans notre ancien travail on nous appelait même « Catherine et Liliane » ! Et puis au delà de ça, on est complémentaire. Pas vraiment en termes de compétences, car on vient du même secteur mais plutôt au niveau personnel. L’une a des idées, est créative, l’autre est plus dans l’application. »

Audrey : « Ce qui est important aussi c’est que nous avons la même vision et la même dimension du projet, les mêmes ambitions. Notre manière de travailler est aussi identique. On est d’accord que, certes la création d’une entreprise est quelque chose de stressant, mais que ça ne doit pas nous empêcher de prendre du plaisir et de s’amuser. »

Sandrine : « Et je pense aussi que notre force a été d’avoir établi clairement nos attentes et objectifs dès le départ, grâce notamment au coaching d’associés. C’est vrai que ça a un coût et que ça prend du temps, mais c’est essentiel. C’est comme une thérapie de couple. Si j’ai bien un conseil à donner c’est celui là ; faire un coaching. »

Audrey et Sandrine continuent aujourd’hui leur bout de chemin.

Si toi aussi tu souhaites trouver ta moitié, inscris toi à Adopte Ma Boite, et nous te trouverons la perle rare !

Les inscriptions sont ouvertes aux porteurs de projet jusqu’au 21 octobre via ce formulaire.

Plus d’informations sur notre site internet et nos réseaux sociaux : facebook, linkedin et twitter.

Restez informé ! Inscrivez-vous à la newsletter du campement